Région Ile-de-France

La région vote sa Stratégie Achats Responsables à l’unanimité !

Un profond changement de culture

Le Mercredi 20 mars dernier, je présentais avec mes collègues Marie-Carole CIUNTU Vice-présidente en charge des Lycées ; Sylvie MONCHECOURT, déléguée spéciale aux achats responsables et Sylvie MARIAUD, déléguée spéciale à l’Économie sociale et solidaire (ESS) la nouvelle politique d’achats 2019-2020 de la Région.

Cette nouvelle stratégie traduit notre volonté de moderniser l’institution régionale pour mettre nos achats au service des franciliens et des entreprises.

Elle s’inscrit dans le prolongement du schéma de promotion des achats responsables et dans la démarche engagée depuis 3 ans à la suite du vote du Small Business Act en 2017, de la Signature de la Charte « relation fournisseurs et achats responsables » en 2018 et de la création de la centrale d’achats en 2019. Notre ambition étant d’obtenir la Labellisation en 2020.

L’achat public est en effet une formidable opportunité qui permet d’accompagner nos politiques publiques et, peut-être plus important encore, de tisser des liens sur les territoires entre toutes celles et ceux qui y vivent : Entreprises, Élus et Citoyens.

Cette politique s’appuie sur 4 piliers essentiels :

  • l’amélioration de la performance économique,
  • le soutien au développement de nos territoires,
  •  l’innovation
  • la responsabilité sociétale et environnementale.

Entre la nécessité d’une part, de maintenir des politiques publiques de qualité au service des franciliens et d’autre part la baisse des dotations de l’État, les régions sont soumises à des contraintes financières de plus en plus fortes.

C’est ce qui nous a conduits à mettre en place une démarche de professionnalisation de nos achats publics en recherchant la performance économique et l’efficience.

Afin de changer notre culture des achats publics, nous faisons en sorte, depuis près de 3 ans maintenant, de transformer notre process Achat jusqu’alors très administratif, pour passer à une culture plus globale, plus « économique » et lui apporter une dimension collaborative, innovante et sociale.

Nos Objectifs 

Mieux acheter et faire de nos 1 milliard € d’achats régionaux un levier d’attractivité économique et sociale pour notre territoire.
  • Performance économique : déjà 50 M€ d’économies réalisées

Dès le début du mandat, nous nous sommes fixés un objectif de 100 M€ d’économies en cinq ans. En trois ans, nous avons déjà atteint la moitié de nos objectifs !

⇒ Ces gains vont nous permettre de démultiplier notre capacité d’investissement.

Pour atteindre ces gains plusieurs leviers ont été mobilisés :

  1. Le travail en amont sur la définition du juste besoin
  2. La stimulation de la concurrence
  3. La négociation
  • Soutien à l’Économie Sociale et solidaire

Nous entendons ainsi assumer pleinement notre responsabilité économique, sociale et environnementale en nous fixant un objectif d 25 % de marchés prévoyant une clause d’insertion professionnelle des publics les plus éloignés de l’emploi.

Résultat : Entre 2015 et 2018, nous sommes passés de 80 000 h à 110 000 heures d’insertion et nous nous sommes engagés à intégrer de clauses d’insertions dans au moins 15 marchés publics en 2019.

 2 opérations emblématiques :

– Construction du lycée de Boulogne-Billancourt : 40 personnes  en insertion  / 18 000 heures réalisées

– Construction du lycée Aubrac à Courbevoie : 26 personnes en insertion / 18 000 heures réalisées

  •   Une nouvelle politique Achats Responsables

Dès 2018, j’ai signé, avec Sylvie Monchecourt, la Charte des Relations fournisseurs et des achats responsables.

Signer cette charte ; C’est s’engager dans une démarche plus responsable vis-à-vis de nos fournisseurs

  •  Ouvrir nos marchés aux PME / TPE franciliennes

En mars 2017, nous avons voté le Small Business Act facilitant l’accès des TPE et des PME à nos marchés publics grâce à un allotissement adapté aux savoir-faire et au maillage territorial qui permet aux entreprises de toutes tailles de répondre.

Résultat :

– 88% de nos fournisseurs sont des PME/ TPE en progression de 3 points par rapport à 2017

– 77 % des fournisseurs sont localisés en Île-de-France

  • Maitrise de notre impact environnemental

Consciente des enjeux de transition énergétique, la Région engage sa politique « achats » avec le développement de critères limitant l’impact environnemental des achats et des projets abaissant les consommations énergétiques et l’impact carbone :

– achat de véhicules propres

– achat de vêtements de travail en coton issu du commerce équitable pour les agents des lycées

– rénovation thermique des lycées

 Exemple emblématique :

  • L’achat de chariots de nettoyage ergonomiques pour les agents des 465 lycées franciliens.

Il s’agit d’un investissement de 4,2 Millions d’euros dont le but est d’améliorer les conditions de travail des agents des lycéesnotamment par une diminution de la sollicitation du corps, le port de charge et la limitation des déplacements.

 Enfin, tous ces objectifs prendront leurs sens avec la création de la centrale d’achat qui nous permettra, en mutualisant les commandes, d’obtenir de meilleures conditions tarifaires et de réaliser de vraies économies d’échelle.

Nous gagnerons ainsi en efficience en réduisant le nombre de marchés, nous optimiserons nos ressources et sécuriserons nos procédures. Elle pourra s’ouvrir aux communes franciliennes.

 

Création d’une centrale d’achat dès mars 2019

La centrale d’achat bénéficiera d’abord aux cantines des 470 Lycées franciliens.

100% des Lycées approvisionnés en produits locaux et 50 % de bio dans les cantines à l’horizon 2024 :

Avec la mise en place de la centrale d’achats régionale, nous aurons ainsi le « bon véhicule» pour l’achat des denrées alimentaires pour les cantines des lycées, le développement et la structuration des filières locales et du bio.

Les premières familles ciblées sont les denrées alimentaires, les produits d’entretien, les copieurs, les consommables.

Ces objectifs auraient été très difficilement atteignables en continuant d’acheter de façon isolée.

C’est en effet un formidable outil d’efficacité collective : là où 470 lycées passaient chacun un marché, une seule procédure sera lancée. Les utilisateurs seront associés à l’expression du juste besoin.

Article précédent

Vous pourriez aussi apprécier ces articles