À la une

Présidentielles : S’appuyer sur les entreprises pour redresser la France.

S’appuyer sur les entreprises pour redresser la France[141]

La France peut et doit redevenir une grande puissance économique européenne. Elle bénéfice d’un formidable potentiel mais paradoxalement elle se perçoit en déclin et les Français sont plongés dans un lent et profond pessimisme.

Ne minimisons pas le diagnostic : la situation économique est grave, elle demande des mesures d’urgence et des réformes structurelles à plus ou moins long terme.  Nos parts de marché dans les échanges internationaux baissent, nos déficits se creusent inexorablement et la courbe du chômage ne cesse d’augmenter.

La France se trouve aujourd’hui confrontées à des tendances de fonds auxquelles nous ne pouvons nous soustraire et qui freinent inexorablement les réformes dont elle aurait besoin : tout d’abord, la montée du vote des extrêmes qui représente près d’1/3 de l’électorat, d’autre part la multiplication des mouvements de contestation du pouvoir démocratique à définir le bien commun- comme ceux que nous avons connu au printemps dernier place de la Bastille- et enfin ce sentiment de résignation, communément regroupé sous l’anglicisme « french bashing », cette idée insidieuse que tout a déjà été tenté sans résultat et que le déclin est inéluctable.

La France a pourtant de nombreux atouts : elle est riche d’une démographie dynamique, nos infrastructures et notre modèle social nous sont enviés ; nos entreprises, quoiqu’on en dise, sont innovantes.

Il est cependant urgent que notre pays se réforme en profondeur pour répondre aux enjeux de la mondialisation et de l’emploi, pour préserver la compétitivité de ses entreprises, pour conserver son modèle social et redresser ses comptes publics.

La France doit se transformer et l’un des acteurs majeurs de cette mutation est l’entreprise.

Parce que l’entreprise est la principale source de création de richesses ;

Parce que l’entreprise est capable de développer un modèle favorable à l’épanouissement des hommes et des femmes tout en conciliant croissance économique, enjeux sociétaux et préservation de l’environnement ;

Parce que l’entreprise est par nature positive : Elle ne nie pas les obstacles mais elle cherche un moyen de les surmonter ;

Je suis convaincu de la nécessité de mettre l’entreprise en centre du jeu, car elle est le moteur du sursaut nécessaire à notre économie, au bien-être de notre société.

La première raison d’être de l’entreprise est d’être rentable et durable. En cela, elle crée de la richesse nationale et de l’activité constitutive de l’emploi. Mais sa prospérité ne peut s’exprimer sans remettre l’humain au cœur de la vision entrepreneuriale. Nous le voyons, depuis ces dernières années, le champ de la responsabilité sociale -voire sociétale – de l’entreprise ne cesse d’évoluer et de s’élargir. Lorsque l’entreprise répond à ce contrat social elle est moderne, compétitive et durable.

C’est pourquoi, l’adhésion des salariés aux résultats de l’entreprise est un vecteur puissant de cohésion et de compétitivité qui doit être encouragé.

L’entreprise est mouvante, elle s’adapte rapidement aux changements pour innover face aux défis technologiques et environnementaux ou par nécessité devant les évolutions sociales, politiques et économiques. Elle évolue, elle crée, elle est en perpétuelle mutation face aux enjeux de la mondialisation et du numérique.

L’adaptabilité de l’entreprise est un facteur d’efficacité qui ne saurait se concevoir sans la dimension humaine et la satisfaction de tout un chacun de pouvoir se réaliser dans l’action collective.

Comme de nombreux exemples de transformation réussis l’ont montré, l’adhésion des collaborateurs est un facteur clé de réussite, grâce à une attention constante portée à la gestion du changement sur la durée.

La vision et la méthode doivent être au cœur de l’action et non pas seulement une liste de mesures.

Aussi, sans avoir la prétention de définir le bien commun, l’entreprise peut participer à sa construction en faisant le lien entre croissance et progrès social.

C’est pourquoi, les principes qui assurent le succès de nos entreprises pourraient être mis à profit pour transformer la France : Le sens de la créativité, la recherche de la cohésion dans l’action, le souci de la formation des hommes, la valorisation du travail, l’attention portée à tous les partenaires et la capacité de s’appuyer sur des principes d’actions durables dont la mise en œuvre s’adapte aux changements de l’environnement.

Source de création de richesses, acteur de la société, laboratoire du changement : pour toutes ces raisons, nous devons nous appuyer sur l’entreprise pour redresser la France.

Stéphane SALINI

Article précédent Article suivant

Vous pourriez aussi apprécier ces articles