Archives mensuelles

octobre 2013

À la une, Editos

Stop aux impôts en Seine-Saint-Denis !

Elus et militants de l’UDI de Seine-Saint-Denis ont été massivement présents sur les marchés de notre département les samedi 5 et dimanche 6 octobre dernier pour le lancement de la nouvelle « pétition numérique » à l’initiative de notre groupe : stopauximpots93.com

Après les hausses massives du Gouvernement imposées depuis 2012, après les 750 millions d’euros supplémentaires pris dans la poche des contribuables en Seine-Saint-Denis depuis 2008, après la suppression d’aides et de services réels rendus aux habitants comme la subvention de la carte Imagine’R pour les collégiens, lycéens et étudiants, la hausse des tarifs de cantine, la baisse drastique des aides au fonctionnement des places de crèche publiques comme privées, la suppression des aides aux clubs de foot de niveau national, nous disons STOP, trop c’est trop !

Le Conseil général attendra la fin des élections municipales pour annoncer de nouvelles hausses d’impôts. Alors nous prenons date dès aujourd’hui, et alertons les habitants : non, la gauche n’a pas fini son traitement de choc « + d’impôts et – de services ». Réagissons !

 

Tract impots 93 rectoTract impots 93 verso

Didier MIGNOT, Maire PC du Blanc Mesnil, Marie-Georges BUFFET, Députée PC, Eliane ASSASSI, Sénatrice PC, Jean-Christophe LAGARDE, Député-Maire UDI de Drancy, Vincent CAPO-CANELLAS, Sénateur-Maire UDI du Bourget et Stéphane SALINI, Président du groupe UDI au Conseil général, unis et solidaires face à l’Etat pour préserver la vie de dizaines de milliers d’habitants
Presse

Succès de la manifestation contre les matières dangereuses en gare de triage de Drancy

Pari osé pour des élus, pari réussi : des milliers d’habitants se joints au cortège parti de la place de l’Hôtel de Ville  de Drancy en ce samedi 5 octobre pour se rendre à la Préfecture de Seine-Saint-Denis, où une délégation d’élus a été reçue longuement par le Préfet.

Rien de définitif bien sûr n’a été promis par le Préfet de Seine-Saint-Denis, mais il a pris un engagement solennel : retranscrire aux ministères de l’environnement et des transports ainsi qu’au Premier ministre les exigences des parlementaires et élus locaux, et les inquiétudes de toute une population, excédée par le manque d’écoute et le peu de respect que l’Etat témoigne aux habitants de ce département.

Mais le combat n’est pas terminé, la bataille n’est pas gagnée. Dans les semaines et les mois à venir, nous mobiliserons encore et encore, jusqu’à ce qu’une solution simple et évidente soit acceptée : trier les matières dangereuses ailleurs que dans une zone à forte densité de population. C’est peut être un petit avantage économique pour la SNCF, mais c’est un danger permanent pour les habitants, et un frein considérable à l’attractivité économique de nos villes.

Lire la suite