Presse

PDU Ile de France : des questions…

Voici mon intervention, au nom du groupe UDI, en séance plénière du Conseil général du 11 octobre 2012 concernant le Plan de Déplacements Urbains (PDU) de la Région Ile de France : une déception concernant le Grand Paris Express, des interrogations sur la cohérence de la position du Département, des inquiétudes sur l’absence de certaines solutions possibles. Mais, dans l’intérêt de la modernisation des transports et de l’amélioration de l’environnement des Franciliens, nous avons décidé de ne pas entraver la marche en avant du PDU.

« Monsieur le Président, mes Chers collègues,

On nous demande aujourd’hui de donner un avis sur le Plan de Déplacements Urbains de la Région Ile de France, dont l’objectif de réalisation se situe à l’horizon 2020. Ce programme, révision du premier PDU adopté en 2000 et qui est engagée depuis 2007 par le STIF, est particulièrement bien documenté, fourni, argumenté, illustré… Un véritable travail d’expert en matière de transports !

Comme le dit le rapport présenté par notre exécutif départemental, c’est un projet ambitieux qui traite de réels enjeux pour la Seine-Saint-Denis, et j’ajouterais qu’il traite de questions qui concernent, qu’il le veuille ou non, chacun des habitants de notre département dans son quotidien. Et en termes d’objectifs environnementaux, qu’il s’agisse de qualité de vie, d’accessibilité ou de citoyenneté, qui pourrait ne pas être d’accord ?

Mais malheureusement, au-delà de ces nobles objectifs, les moyens décrits pour y parvenir me semblent manquer singulièrement de cohérence politique et de sens des réalités.

Hier, dans cette même salle, vous nous avez trouvé à vos côtés, Monsieur le Président, pour soutenir l’exigence de notre territoire à voir financés et engagés à la fois le projet Grand Paris Express et le plan de mobilisation pour les transports de la Région. Aujourd’hui vous nous demandez de soutenir un PDU qui consacre un paragraphe, une page et une carte au Grand Paris… sur plusieurs centaines de pages.

Si le plus important projet de déploiement et de modernisation d’un moyen de transport public lourd, tant en investissement qu’en nombre de territoires et de citoyens concernés n’est pas au cœur d’un plan de déplacements urbains, à quoi sert ce plan ?

Il y a un mois, Monsieur le Président, vous avez mobilisé élus et représentants sociaux dans cette même salle autour de la sauvegarde du site industriel d’Aulnay. Je ne rappellerai à personne dans cette assemblée que nous parlons d’automobile… Aujourd’hui, vous nous demandez d’approuver un plan dont, comme en 2000, le fil rouge est la diminution constante du trafic automobile. J’ai un peu de mal, en tant qu’élu, à dire à mes concitoyens que je me bats pour qu’on continue à construire des automobiles en Seine-Saint-Denis, mais que je ne veux pas qu’on les utilise en Ile de France.

Voilà pour la cohérence politique… Mais ce projet oublie également certaines réalités, pourtant bien concrètes, que nombre d’entre nous connait, et qu’il convient donc que l’on rappelle.

Au nombre des énergies alternatives aux matières pétrolières – parce qu’en termes de qualité de l’environnement c’est bien de cela dont il s’agit – le PDU consacre des dizaines de pages… au muscle humain, sous forme de marche ou de vélo. Et presque rien sur l’électricité ! 47 communes d’Ile-de-France, dont Paris et 8 communes de Seine-Saint-Denis, ont créé le premier service de voitures électriques en libre-service : un petit paragraphe de 7 lignes sur Autolib’ dans tout le PDU.

Certes, il s’agit d’un mode « individuel motorisé» de déplacement, qui doit, selon le Défi 5 du PDU, être fortement réduit. On pourrait au moins émettre l’idée qu’à l’horizon 2020, se fixer l’objectif de développer le partage de véhicules électriques – et c’est bien ça dans la réalité ! – est moins coûteux en espace et en pollution que les automobiles classiques au pétrole. Que l’usage de l’énergie électrique est plus favorable à notre environnement, et qu’au nombre des contraintes urbanistiques on pourrait prévoir l’installation de bornes électriques dans les constructions nouvelles, au même titre que les places de stationnement de vélos.

Non, on préfère « mener une réflexion à l’échelle régionale sur les nouveaux véhicules ». En somme, on interdit d’abord, on remplace ensuite…

Et puisque nous en sommes à l’impact du PDU sur l’environnement et la qualité de vie des franciliens, le chapitre 4 qui y est consacré s’intéresse au gaz à effet de serre, à la pollution sonore, à la sécurité routière entre autres, mais pas un mot sur le transport de matières dangereuses en zone urbaine.

Rien non plus, à ma grande surprise, dans le Défi 7 pourtant intitulé « Rationaliser l’organisation des flux de marchandises… ». Je me permets de vous rappeler, chers collègues, que nous avons découvert grâce à un rapport de la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie, que des milliers de wagons de matières immédiatement dangereuses pour les populations continuaient à être triés sur la gare de fret de Paris-Le Bourget. Peut-être que le sort de 220 000 habitants de notre Département, directement mis en danger, mériterait une prise de position claire de notre part.

Que dire aussi du fait que sur 4 mesures normatives, il a fallu s’en trouver une qui fasse peser sur les entreprises du secteur tertiaire une contrainte d’accessibilité pour leurs salariés, qui va à l’encontre de la logique actuelle en matière d’urbanisme. En effet, limiter le nombre maximal de places de stationnement dans les constructions nouvelles de bureaux est l’inverse exacte de ce qu’essaient d’imposer les élus locaux aujourd’hui, c’est-à-dire contraindre ces nouvelles constructions à absorber le maximum de places de stationnement dans l’emprise de leur projet pour en limiter l’impact sur le domaine public.

Comme par ailleurs, et je rejoins sur ce point le rapport de notre exécutif, les Plans de déplacement entreprise ne comportent aucune mesure incitative à mettre en place des modes alternatifs aux déplacements motorisés individuels, la réalité rattrapera le dogmatisme et laissera chacune de nos villes se débrouiller avec l’afflux supplémentaire de véhicules dans nos rues… Non seulement cette mesure n’aura rien résolu, mais elle pose une contrainte supplémentaire à la création d’activités économiques nouvelles dans le seul secteur – le tertiaire – qui peut encore être créateur d’emplois dans un département qui souffre plus que d’autres du chômage.

En conclusion Monsieur le Président et chers collègues, je suis dubitatif sur l’attitude à adopter à l’égard de ce PDU. Quand un plan à moyen terme qui touche chaque habitant oublie manifestement l’essentiel – le déploiement du Grand Paris Express – qu’elle manque de cohérence et du sens des réalités, et qu’elle demande jusqu’à trois pages de commentaires et de précisions – celles de la majorité départementale en l’occurrence ! – il est difficile d’être enthousiaste.

En revanche, émettre un avis défavorable serait sans conséquence sur la marche en avant du PDU. Je suis donc favorable à l’adoption de la délibération que vous nous proposez, tout en souhaitant, en cohérence avec mon mandat d’élu de Drancy que vous ajoutiez dans vos observations et réserves annexées à cette délibération les points défendus par le conseil municipal le 21 septembre dernier :

  1. Au titre du Défi 1 : préciser la marche en avant du comité d’axe de la RD30 pour l’amélioration du partage multimodal de la voirie
  2. Au titre du Défi 2 : intégrer le prolongement de la ligne 5 du métro au cœur de Drancy, ou la modification de la ligne « orange » du Grand Paris Express pour cette même desserte
  3. Au titre du Défi 4 : adapter l’offre de stationnement vélo au contexte local, et pour cela diminuer le ratio entre places pour véhicules et places pour vélo ainsi que le périmètre autour des gares
  4. Au titre du Défi 7 : exiger le transfert des activités ferroviaires de triage de matières dangereuses de la gare de Drancy-Le Bourget

Enfin, je souhaiterais que le Conseil général exige clairement qu’au titre du Défi 2, la réalisation du projet Grand Paris Express soit clairement indiquée comme prioritaire.

Article précédent Article suivant

Vous pourriez aussi apprécier ces articles