Archives mensuelles

février 2006

Editos

EDITORIAL – Février 2006

L’activité au sein du Conseil Général a été plutôt mouvementée ces derniers temps. Ainsi, après diverses oppositions au sein même de la majorité, entre socialistes et communistes notamment, on a pu assister lors de la séance du vote du budget à un renversement de situation.

Les socialistes n’ont finalement pas eu le courage de s’opposer réellement au groupe du Président Bramy. Mais la surprise est venue des membres communistes qui ont manifesté un réel mécontentement.

Au final, les socialo-communistes ont quand même augmenté une fois de plus les taux d’imposition.

La population de Seine-Saint-Denis doit alors faire face à des taux qui grimpent chaque année. Ils croient sûrement que les habitants de Seine-Saint-Denis n’attendent que ça !

hausse des impôts dans le 93

En 2006, les taux s’élèvent donc : Pour la taxe d’habitation à 7,15 % (soit une variation de 25,44% entre 2000 et 2006), Pour la taxe professionnelle à 13,03 % (+ 37,59% entre 2000 et 2006), Pour la taxe du propriété bâtie à 9,01 % (augmentation de 25,31% entre 2000 et 2006), et pour la taxe propriété non bâtie à 12,97 % (variation de 25,31% entre 2000 et 2006).

Cette augmentation des taux est particulièrement injuste et ce, pour plusieurs raisons. Ainsi, par exemple : elle ne sert qu’à financer le régime de vie pharaonique de la majorité socialo-communiste (par exemple : dépenses de communication injustifiée et qui tentent d’être camouflées dans les différents chapitres du budget départemental 2006), elle s’attaque aux entreprises qui cherchent à s’implanter sur le département et qui sont créatrices d’emploi. De ce fait, les chercheurs d’emploi et bénéficiaires du RMI voient leur chance d’embauche diminuée, les personnes de classe moyenne et ouvrière qui espèrent acheter ou faire construire sont amenées à fuir dans d’autres départements d’Ile-de-France pour pouvoir réaliser leur rêve. C’est une politique qui est malheureusement suivie et amplifiée par les socialo-communistes depuis les années 70.

Avec une telle politique, ils ne font qu’augmenter les problèmes que peut rencontrer la Seine-Saint-Denis et avec ceci, le mal-être de ses habitants !

En parallèle, la municipalité de Drancy refuse de procéder à une quelconque augmentation sur les taux communaux. Cette dernière, bien qu’engageant des travaux de grandes ampleurs sur la commune pour améliorer le cadre de vie des drancéens, préfère ne pas alourdir les taxes.

Drancy n’a donc pas changé ses taux d’imposition et ses élus continuent à rechercher des économies par une gestion sérieuse et réfléchie.

Pour finir, je me tiens toujours à votre disposition pour vous accueillir et vous écouter au cours de mes rendez-vous du vendredi en mairie.